Cela fait maintenant plus de dix ans que ce négoce, rayonnant sur le Berry et la Touraine, nous avons scindé nos activités en deux sociétés, Terragro Appros, puis Terragro Grains. Cette dernière, dédiée à la collecte et créée en 2011, est née de l'arrêt un an plus tôt d'une activité de courtage préexistante.

 

Animer un réseau d'agriculteurs

Nous avons constitué un réseau d'agriculteurs stockeurs, historiquement très présents sur la région. En connaissant bien nos livreurs, on connaît mieux nos marchés et on peut orienter telle qualité vers tel débouché adéquat (export, alimentation animale, trituration...). 

Certifié selon les référentiels CSA/GTP et 2BSvs, le négoce exige de ses livreurs un stockage propre et opérationnel et de savoir charger un camion en moins de trente minutes. Animateur de la mise en marché, Terragro Grains propose des prix départs et plusieurs solutions de fixation des prix. Il gère la logistique des enlèvements et suit l'évolution des contrats, même si la marchandise arrive directement chez les acheteurs, sans passer par un silo intermédiaire.

Cette activité de commercialisation de la récolte progresse chaque année pour atteindre 30 000 t aujourd'hui, et représente maintenant un quart du chiffre d'affaires de l'entreprise. Historiquement quasi-exclusivement orienté phytos, Terragro Appros a au fil du temps développé les semences, puis les engrais en segmentant l'offre avec des solutions a tendance haut de gamme.

 

Un modèle logistique

Alors que la zone s'étend sur plusieurs départements, l'activité rayonne à partir d'une unique « base logistique », il est plus performant de réunir les stocks, le réglementaire et les compétences au même endroit.

Un site classé Seveso seuil bas ne stocke que des phytos et semences, dont les achats auprès des fournisseurs sont mutualisés au niveau de Clef . Les engrais sont livrés en direct usine. Ils ne passent pas par Clef, qui sur ce domaine ne fait que de l'échange d'informations. Chaque négociant gère ses achats d'engrais. Avec un territoire fortement orienté grandes cultures, le négoce ne s'est enfin jamais positionné sur l'alimentation animale, malgré la présence de quatre AOC fromage de chèvre : Selles-sur-Cher, Pouligny-Saint-Pierre, Crottin de Chavignol et Sainte-Maure-de-Touraine.

La zone d'activité de l'entreprise, qui rayonne sur le Cher, l'Indre et le sud de l'Indre-et-Loire, se situe en zone intermédiaire, sous contrainte de milieu assez fort, constituée au centre, de la Champagne berrichonne et ses argilo-calcaires superficiels et autour, de limons battants.

Ce sont des terrains à potentiels limités qui peuvent être fortement réduits en fin de cycle par un coup de chaud. La rotation est assez classique, blé-orge-colza, avec une intégration de cultures de printemps qui connaît plus ou moins de succès. On est dans des scénarios d'itinéraires techniques adaptables et modifiables en cours de conduite, et cela complexifie notre métier. Il faut qu'on mute vers des systèmes techniques reproductibles dans le temps et dans l'espace, et qui mettent de la valeur dans la production, mais ce n'est pas évident, comme on peut le voir avec les plantes compagnes sur le colza.  Dans cette zone où l'incertitude a une place de choix, le négoce mise sur un complément différenciant, la prestation. Il exerce déjà une activité de traitements de semences à la ferme mise en place il y a de quinze ans, et a démarré une activité de pulvérisation au champ, il y a trois campagnes.

 

Prestation de pulvérisation

Outre le fait que cette diversification permet de maintenir un opérateur en poste toute l'année. Pour le moment, avec quelques clients dans un périmètre de vingt kilomètres à la ronde, on teste la pertinence et la maturité d'une telle offre.

Agréé pour, le négoce s'est équipé d'un tracteur et d'un pulvérisateur dotés d'un système de guidage. nous sommes convaincus d'être à la veille d'une transition, la sous-traitance étant peu développée en agriculture.

Avec cette activité de pulvérisation pour compte de tiers, l'entreprise s'adresse aux agriculteurs qui souhaitent déléguer leurs applications (ou à des agriculteurs et ETA eux-mêmes prestataires, qui soit, ont besoin d'un renfort au coup par coup, soit, n'ont pas encore la pulvérisation dans leur prestation). Elle vise des doubles actifs, des propriétaires qui ne sont pas sur place, des agriculteurs en fin de carrière qui ne veulent pas réinvestir dans du matériel.